pathologie

Hernie discale, histoire d'une controverse

Capture d e cran 2016 01 14 a 17 20 40Vous souffrez de hernie discale et votre médecin vous déconseille de vous faire manipuler par un chiropracteur ? Sachez que 80% des patients souffrant de hernie discale ayant recours à la chiropraxie connaissent une amélioration rapide pour un coût moindre par rapport à une prise en charge médicale.

http://www.lasantesurtout.com/tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-la-hernie-discale/
http://vertebre.com/comparaison-entre-medecin-et-chiropracteur-suisse-dans-la-prise-en-charge-de-certaines-pathologies-musculo-squelettiques-8334
http://vertebre.com/hernie-discale-cervicale-traitee-par-manipulation-vertebrale-5629

Lire la suite

Lumbago ? Pensez chiro !

Selon une récente étude australienne, publiée dans le British Medical Journal en 2015, le paracétamol nʼaurait aucun effet sur les lombalgies, alors    même    quʼil    demeure    la    prescription    de    référence, selon les recommandations de traitement des autorités sanitaires, en France comme à lʼétranger 1.
Au terme dʼune revue de la littérature scientifique portant sur 13 essais cliniques, les chercheurs de lʼUniversité de Sydney concluent à lʼinefficacité du paracétamol.

De plus, une nouvelle étude de 2015 parue dans le Journal of American Medical Association, démontre que l'utilisation d'un décontractant musculaire n'apporte aucun bénéfice supplémentaire par rapport à un anti-inflammatoire simple 2.

En 2013 au contraire, deux études, parues Spine 3, 4, apportaient la preuve de lʼefficacité de la chiropraxie sur les lombalgie, par lʼassociation des manipulations chiropratiques aux soins médicaux courants. Une troisième recherche, de 2012 celle-ci, établissait la supériorité thérapeutique de la chiropraxie sur un antalgique, le diclofénac, dans la prise en charge de la lombalgie.

En revanche, l'adjonction de traitement par renforcement musculaire spécifique semble bénéfique sur le long terme 5.

Lire la suite

C'est psychosomatique ?

Qu'est-ce que le "psychosomatique" ? Il s'agit de dysfonctions de la physiologie du corps dont l'origine est psychique. La personne en étant atteinte se sent incapable de faire face à une situation et modifie inconsciemment sa physiologie de telle sorte que son corps la rende physiquement incapable de faire face à la dite situation.
Le meilleur exemple médical reste le premier décrit, à savoir l'hystérie. On retrouvera un terrain psychique spécifique dans quasiment toutes les pathologies qu'il est intéressant de comprendre pour prévenir les récidives. Notre corps nous parle, et il est de notre devoir de l'écouter.
On retouvera parfois une majoration de certains symptômes plusieurs jours après un traitement pourtant efficace en cabinet. En effet, la complainte physique ayant été appaisée, le corps n'a pas pu transmettre correctement son message et doit rétablir la dysfonction pour se faire entendre, avec à la clé des douleurs parfois plus importantes qu'au paravant.

Pour aller plus loin vous pouvez lire le livre de Michel Odoul "Dis moi où tu as mal et je te dirai pourquoi".

Attention, ce processus ne sera pas non plus forcément primaire. En effet, la pathologie engendrera une perturbation de l'état émotionnel car la personne ne pourra pas réaliser ses activités correctement, il en résulte l'apparition du même terrain psychique qui sera dans ce cas secondaire.

Pourquoi ais-je des contractures ?

Une contracture est une tension musculaire trop importante qui survient lors d'une sur-sollicitation musculaire, celui-ci se chargeant en toxines et étant incapable de les éliminer correctement. Les muscles striés qui s'insèrent par l'intermédiaire de tendons sur les os permettent le mouvement et la déambulation. Mais il faut comprendre les muscles comme des indicateurs de la physiologie du corps. Ils réagissent à la posture, à la physiologie et donc au fonctionnement des organes et des glandes, aux émotions et aux méridiens d'acupuncture. Il est donc la plupart du temps inutile de masser un muscle afin de faire céder sa contracture (hormis après un effort musculaire important), mais nécessaire de comprendre ce à quoi il réagit et traiter cette cause.
Il sera souvent nécessaire d'augmenter la consommation en eau car c'est la première des causes de contractures musculaires. Il peut aussi être important de réaliser une supplémentation en magnésium. Parlez-en à votre chiropracteur qui saura vous conseiller.

Qu'est-ce qu'une tendinite ?

Une tendinite est une inflammation d'un tendon. Mais qu'est-ce qu'un tendon? Et bien un tendon est l'attache fibreuse d'un muscle au niveau d'un os. Celui-ci s'insère par des microdigitations semblables aux racine d'un arbre, dans l'os après être passé au travers du périoste (couche de tissu souple recouvrant l'os).
Parfois, le muscle s'inserre sur l'os et le périoste sans tendon d'insertion. La zone d'insertion sera donc toujours large, pouvant conduire à une périostite en cas de tension élevée. C'est le cas de la périostite tibiale par exemple, classique chez les coureurs.
Une tendinite survient suite à une tension trop importante du muscle qui va venir tirer sur son tendon et créer cette fameuse tendinite. Le traitement sera donc local par relâchement du muscle et du tendon, mais surtout global car il sera indispensable de comprendre la raison de cette tension musculaire. Elle peut survenir suite à un effort trop important, ou bien dans le cadre d'un déséquilibre postural le muscle par sa contraction permanente compensant une posture anormale. Il devient alors indispensable de rétablir la posture afin de prévenir toute récidive de cette tendinite.

Qu'est-ce qu'une sciatique ?

Une sciatique est une irritation du nerf sciatique, le plus souvent causée par une hernie discale. Mais il existe des douleurs référées discales sans compression du nerf sciatique et créant

Le nerf sciatique émerge de la colonne vertébrale au niveau basse lombaire, c'est à dire dans le bas du dos. La sciatique est une irritation de ce nerf par une compression ou une irritation mécanique dont la cause peut être multiple:

  • Une hernie discale qui vient comprimer l'une des racines à l'intérieur du canal vertébral
  • Un rétrécissement de l'espace entre deux vertèbres où émerge la racine
  • Un syndrome de "double crush", soit une atteinte du nerf sciatique en deux niveaux consécutifs (par exemple une tension méningée au niveau cervical, ainsi qu'une anomalie mécanique lombaire).
  • Une compression musculaire du nerf dans la fesse
  • Un processus expansif à l'intérieur du canal vertébral ou dans le petit bassin tel qu'une tumeur ou une inflammation. Cette cause est très rare et nécessite une prise en charge médicale.

Attention: Les disques intervertébraux peuvent engendrer des douleurs référées (douleurs situées loin de leur cause) sans compression nerveuse, mimant ainsi une fausse sciatique. De même, un trigger point (ou zone gâchette) actif dans le muscle piriforme (muscle de la fesse) peut également créer une douleur mimant une fausse sciatique.
Demandez conseil à votre chiropracteur

Qu'est-ce qu'une hernie discale ?

Hernie discaleUn disque intervertébral se situe entre deux vertèbres et est constitué de deux parties:

    •    Une partie acqueuse en forme de bille maintenue sous tension par la partie fibreuse
    •    Une partie fibreuse, composée de fibres disposées en spirale.

Une hernie discale survient lorsque la portion fibreuse du disque est rupturée, la partie acqueuse s'engageant alors dans l'interstice. Il en résulte des douleurs ainsi qu'un bombement vers l'arrière du disque qui peut éventuellement entrer en contact avec les racines nerveuses ou la moelle épinière.
Une hernie discale se développera toujours sur un déséquilibre postural. En effet, le disque ayant une certaine souplesse, il peut absorber les contraintes posturales du corps. Mais dès que les contraintes dépassent sa capacité d'adaptation, il s'affaisse, pouvant aller jusqu'à la hernie discale. Il est mauvais d'incriminer un faux mouvement qui ne sera toujours que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Néanmoins, celle-ci peut également survenir dans un contexte traumatique.

En fonction de la gravité de la hernie (basée sur vos symptômes et vos imageries), celle-ci pourra ou non être prise en charge par votre chiropracteur. N'hésitez pas à demander conseil à votre chiropracteur.